Informations pour le médecin

Ingrédients: huile de coco, huile essentielle de clou de girofle, huile essentielle de santal australien, vitamine E (acétate de tocophérol).

Malgré le progrès important de la médecine, les stratégies thérapeutiques traditionnelles utilisées pour traiter les maladies bactériennes ou virales sont souvent insatisfaisantes et associées à de nombreux effets secondaires.
Par conséquent, un renouvellement d’intérêt pour les substances d’origine végétale est actuellement observé comme des thérapies potentielles et prometteuses dans la prévention et le traitement de nombreuses maladies, y compris les maladies infectieuses. Les terpènes et leurs dérivés sont un groupe énorme de composés organiques naturels inclus dans les huiles essentielles.et qui sont répandus dans le règne végétal. De nombreuses études confirment que les huiles essentielles et leurs composants terpéniques présentent un large éventail d’activités biologiques et pharmacologiques in vitro. Ils ont prouvé leur activité antibactérienne, antivirale, antifongique et antiparasitaire. De plus, ils présentent une activité anti-inflammatoire et stimulent le système immunitaire. La large gamme de propriétés biologiques des huiles essentielles signifie qu’elles peuvent constituer un nouveau groupe de substances thérapeutiques.

Informations scientifiques sur les composants du produit médical Mollusan® Med.

Huile essentielle de clou de girofle

L’huile essentielle de girofle contient de l’eugénol, de l’isoeugénol ainsi que des hydrocarbures sesquiterpéniques isomères.
L’huile de girofle possède de nombreuses propriétés bénéfiques pour la santé, notamment antibactériennes, antifongiques, antivirales, antioxydantes et anti-inflammatoires [1] [2]
On pense que le mécanisme de l’action antimicrobienne de l’huile essentielle commence par la destruction de la paroi cellulaire et de la membrane (au moyen d’une modification de leur structure biochimique), ce qui entraîne des dommages aux organites intracellulaires et la mort cellulaire. L’huile essentielle pénètre également dans la membrane cytoplasmique, inhibant la synthèse naturelle de l’ADN et des protéines de croissance cellulaire [3]. On pense également que l’eugénol affecte le transport des ions et des molécules d’ATP, la formation d’espèces intracellulaires réactives de l’oxygène et l’action de certaines enzymes bactériennes, et augmente également la perméabilité non spécifique de la membrane cellulaire [4].

L’huile de girofle a des propriétés antibactériennes contre les bactéries à Gram positif et à Gram négatif. Il a une activité antibactérienne contre Streptococcus mutans [5], inhibe la croissance de Staphylococcus aureus, Bacillus subtilis, Pseudomonas aeruginosa et Escherichia coli. [6]
L’huile de clou de girofle a un effet antifongique contre Candida albicans [7, 8], ainsi que des propriétés antioxydantes. [10]
Appliqué par voie topique, il s’est avéré efficace dans le traitement du prurit chronique [17]

Huile de santal australienne (Santalum Spicatum)

Les sources scientifiques se réfèrent à l’utilisation topique de l’huile de bois de santal dans diverses affections cutanées. L’huile est utilisée, entre autres, dans la thérapie ou le soutien du traitement du molluscum contagiosum, de la dermatite atopique, de l’acné ou des verrues communes [18, 19, 20, 21]. Ces indications reposent principalement sur son activité anti-inflammatoire et antioxydante (inhibition de la 5-lipoxygénase, cytokines pro-inflammatoires, cyclooxygénase et production d’espèces réactives de l’oxygène), ainsi que sur l’activité contre les bactéries et les champignons. L’alpha-santalol, l’un des principaux ingrédients de l’huile de bois de santal, a également des effets anti-inflammatoires dus à la modulation des voies de signalisation dans les maladies individuelles [22].
L’activité antimicrobienne des huiles essentielles a été prouvée contre les bactéries Gram-positives, Gram-négatives, les levures et les souches corynébactériennes, ainsi que contre l’activité antibactérienne élevée contre Staphylococcus aureus Gram-positif [23]. Selon les données de l’Australian Sandalwood Oil Company, Hammer et al. a démontré une forte action de l’huile de bois de santal sur les champignons de type levure Candida, tandis que Beylier a montré que l’huile était efficace pour détruire Staphylococcus aureus [24].
Les propriétés de l’huile de bois de santal ont entraîné l’apparition de revendications de brevet concernant l’utilisation de ce matériau (également dans certaines formulations) dans la prévention et le traitement de diverses maladies de la peau, notamment le molluscum contagiosum, les verrues, le psoriasis, l’acné, l’eczéma [25, 26, 27].

Huile de noix de coco

L’huile de coco est une huile végétale obtenue en pressant la pulpe de noix de coco (Cocos nucifera). L’huile de coco est constituée d’acides gras: laurique (49%), myristique (18%), palmitique, caprylique, oléique et autres [30].

Les articles scientifiques soulignent l’effet antimicrobien de l’huile de noix de coco. Ogbolu et autres. ont étudié l’activité de l’huile de coco contre les isolats d’espèces de Candida. L’huile de coco a montré une forte activité antifongique. Candida albicans était particulièrement sensible à son action. Ces résultats indiquent que l’huile de coco a une activité antifongique et peut être utilisée dans la thérapie des maladies causées par Candida, résistantes aux traitements standards [32]. De nombreuses sources scientifiques décrivent l’utilisation de l’huile de coco pour le rinçage de la cavité buccale. Le mécanisme exact de l’effet antibactérien de l’huile de noix de coco reste incertain, mais il a été émis l’hypothèse que l’acide monolaurique et d’autres acides gras à chaîne moyenne ont la capacité de modifier la structure de la paroi cellulaire bactérienne, de pénétrer et de détruire les membranes cellulaires, d’inhiber les enzymes impliquées dans production d’énergie et transfert de nutriments, entraînant la mort des cellules bactériennes [33]. Il existe également des rapports sur l’efficacité de l’huile de coco dans la réduction du prurit chronique causé par divers facteurs [34] et sur ses propriétés anti-inflammatoires et protectrices contre les rayons UV [30].

L’efficacité de l’huile de coco dans le traitement de la dermatite atopique, de l’hyperkératose de la peau et en tant qu’émollient chez les bébés prématurés a été prouvée dans des essais cliniques.

Vitamine E

La vitamine E a un effet régénérateur et anti-inflammatoire.

Des exemples d’essais cliniques démontrant l’efficacité de l’huile de bois de santal (un composant du dispositif médical Mollusan MED) dans le traitement du molluscum contagiosum sont donnés ci-dessous.

Haque M, Coury DL J Dermatolog Treat. 2018 Aug;29(5):531-533. doi: 10.1080/09546634.2017.1402115. Epub 2017 Nov 22.

Traitement du molluscum contagiosum avec un produit d’huile de bois de santal des Indes orientales.

L’étude de l’innocuité et de l’efficacité du savon à base d’huile de santal indien dans le traitement local du molluscum contagiosum. Le groupe d’étude était composé de patients âgés de 22 mois à 29 ans qui ont utilisé la préparation pour les lésions cutanées deux fois par jour. Les patients ont été surveillés sur des périodes de 2 à 3 semaines, où à la fois l’apparition d’effets secondaires et l’effet de la préparation sur la peau affectée ont été vérifiés. Chez 90% des personnes participant à l’étude, les symptômes liés à l’infection à molluscum ont disparu au cours des 12 semaines de traitement. Cette réponse était indépendante du nombre et de la taille des lésions cutanées, de la longueur des lésions, de l’âge et du sexe des patients. Aucun effet secondaire n’a été signalé.

Bibliographie:

[1]

A. Kędzia, A. Kusiak, B. Kochańska, A. Kędzia, M. Półjanowska, A. Gębska i M. Ziółkowska-Klinkosz, „Ocena działania przeciwbakteryjnego olejku goździkowego ( Oleum Caryophylli),” Borgis – Postępy Fitoterapii, pp. 2:66-70, 2007.

[2]

A. Kędzia, M. Ziółkowska-Klinkosz, Ł. Lassmann, B. Kochańska, A. Kusiak, A. Gębska i A. Wojtaszek-Słomińska, „Przeciwgrzybicze działanie olejku goździkowego,” Borgis – Postępy Fitoterapii , pp. 1:15-18, 2014.

[3]

J. Xu, T. Liu, Q. Hu i X. Cao, „Chemical Composition, Antibacterial Properties and Mechanism of Action of Essential Oil from Clove Buds against Staphylococcus aureus.,” Molecules. , p. 8;21(9), Sep 2016.

[4]

A. Marchese, R. Barbieri, E. Coppo, I. Orhan, M. Daglia, S. Nabavi, M. Izadi, M. Abdollahi, S. Nabavi i M. Ajami, „Antimicrobial activity of eugenol and essential oils containing eugenol: A mechanistic viewpoint.,” Crit Rev Microbiol., pp. 43(6):668-689, Nov 2017.

[5]

L. Chaudhari, B. Jawale, S. Sharma, H. Sharma, C. Kumar i P. Kulkarni, „Antimicrobial activity of commercially available essential oils against Streptococcus mutans.,” J Contemp Dent Pract. , pp. 1;13(1):71-4, Jan 2012.

[6]

D. Saikumari, S. Shiva Rani i N. Saxena, „Antibacterial Activity of Syzigium aromaticum L. (Clove).,” Int.J.Curr.Microbiol.App.Sci, pp. 5(11): xx-xx, 2016.

[7]

A. Budzyńska, B. Sadowska i M. Więckowska-Szakiel, „Enzymatic profile, adhesive and invasive properties of Candida albicans under the influence of selected plant essential oils.,” Acta Biochimica Polonica, pp. 61(1); 115-121, 2014.

[8]

E. Pinto, L. Vale-Silva, C. Cavaleiro i L. Salgueiro, „Antifungal activity of the clove essential oil from Syzygium aromaticum on Candida, Aspergillus and dermatophyte species.,” J Med Microbiol. , pp. 58:1454-62, Nov 2009.

[9]

X. Han i T. Parker, „Anti-inflammatory activity of clove (Eugenia caryophyllata) essential oil in human dermal fibroblasts.,” Pharmaceutical Biology, p. 55(1):1619–1622, 2017.

[10]

M. Ramadan, M. Asker i M. Tadros, „Lipid profile, antiradical power and antimicrobial properties of Syzygium aromaticum oil,” Grasas y Aceites, pp. 64(5):509-520, 2013.

[11]

G. Z. Rudzki E, „Dermatitis from propolis.,” Contact Dermatitis., pp. 9(1):40-5, Jan 1983.

[12]

A. Prashar, I. Locke i C. Evans, „Cytotoxicity of clove (Syzygium aromaticum) oil and its major components to human skin cells.,” Cell Prolif. , pp. 39(4):241-8, Aug 2006.

[13]

Q. Jiang, Y. Wu, H. Zhang, P. Liu, J. Yao, P. Yao, J. Chen i J. Duan, „Development of essential oils as skin permeation enhancers: penetration enhancement effect and mechanism of action,” Pharm Biol. , pp. 55(1):1592-1600, Dec 2017.

[14]

A. Nawaz, Z. Sheikh, M. Feroz, K. Alam, H. Nazar i K. Usmanghani, „Clinical efficacy of polyherbal formulation Eezpain spray for muscular pain relief.,” Pak J Pharm Sci. , pp. 28(1):43-7, Jan 2015.

[15]

H. Elwakeel, H. Moneim, M. Farid i A. Gohar, „Clove oil cream: a new effective treatment for chronic anal fissure.,” Colorectal Dis. , pp. 9(6):549-52, Jul 2007.

[16]

A. Alqareer, A. Alyahya i L. Andersson, „The effect of clove and benzocaine versus placebo as topical anesthetics.,” J Dent. , pp. 34(10):747-50, Nov 2006.

[17]

I. Ibrahim, M. Elsaie, A. Almohsen i M. Mohey-Eddin, „Effectiveness of topical clove oil on symptomatic treatment of chronic pruritus.,” J Cosmet Dermatol. , pp. 16(4):508-511, Dec 2017.

[18]

K. Shi i P. Lio, „Alternative Treatments for Atopic Dermatitis: An Update.,” Am J Clin Dermatol. 2018 , Dec 2018.

[19]

W. Winkelman, „Aromatherapy, botanicals, and essential oils in acne.,” Clin Dermatol., pp. 299-305, May-Jun 2018.

[20]

M. Haque i D. Coury, „Treatment of molluscum contagiosum with an East Indian sandalwood oil product.,” J Dermatolog Treat., pp. 29(5):531-533, Aug 2018.

[21]

M. Haque i D. Coury, „Topical Sandalwood Oil for Common Warts.,” Clin Pediatr (Phila), pp. 57(1):93-95, Jan 2018.

[22]

A. Bommareddy, S. Brozena, J. Steigerwalt, T. Landis, S. Hughes, E. Mabry, A. Knopp, A. VanWert i C. Dwivedi, „Medicinal properties of alpha-santalol, a naturally occurring constituent of sandalwood oil: review.,” Nat Prod Res. , pp. 13:1-17, Nov 2017.

[23]

J. Morris, A. Khettry i E. Seitz, „Antimicrobial activity of aroma chemicals and essential oils.,” J. Am. Oil Chem. Soc. , pp. 56, 595, 1979.

[24]

E. Hołderna-Kędzia, B. Kędzia i H. Ostrowski-Meissner, „Australijskie olejki eteryczne o działaniu przeciwbakteryjnym i przeciwgrzybiczym,” Borgis – Postępy Fitoterapii , pp. 4:188-194., 2006.

[25]

M. Haque i A. Haque, „Compositions for the prevention and treatment of warts, skin blemishes and other viral-induced tumors.”.US Patent. 1999;5(945):116..

[26]

M. Haque i A. Haque, „Use of alpha- and beta-santalols, major constituents of sandalwood oil, in the treatment of warts, skin blemishes and other viral-induced tumors”.US Patent. 2002;6(406):706..

[27]

Stabilized cream formulations comprising sandalwood oil”.US Patent, 2016.

[28]

P. Palatty, A. Azmidah, S. Rao, D. Jayachander, K. Thilakchand, M. Rai i R. Haniadka, „Topical application of a sandal wood oil and turmeric based cream prevents radiodermatitis in head and neck cancer patients undergoing external beam radiotherapy: a pilot study.,” Br J Radiol. , p. 87(1038):20130490, Jun 2014.

[29]

R. Moy, C. Levenson, J. So i J. Rock, „Single-center, open-label study of a proprietary topical 0.5% salicylic acid-based treatment regimen containing sandalwood oil in adolescents and adults with mild to moderate acne.,” J Drugs Dermatol. , pp. 11(12):1403-8, Dec 2012.

[30]

T. Lin, L. Zhong i J. Santiago, „Anti-Inflammatory and Skin Barrier Repair Effects of Topical Application of Some Plant Oils,” Int. J. Mol. Sci. , pp. 19, 70, 2018.

[31]

Final Report of the Cosmetic Ingredient Review Expert Panel: Cocos Nucifera (Coconut) Oil.,” Sep 2008.

[32]

D. Ogbolu, A. Oni, O. Daini i A. Oloko, „In vitro antimicrobial properties of coconut oil on Candida species in Ibadan, Nigeria.,” J Med Food., pp. 10(2):384-7, Jun 2007.

[33]

J. Nagilla, „Comparative Evaluation of Antiplaque Efficacy of Coconut Oil Pulling and a Placebo, Among Dental College Students: A Randomized Controlled Trial,” Journal of Clinical and Diagnostic Research , pp. 11(9):ZC08-ZC011, Sep 2017.

[34]

E. Melastuti i D. Setyaningrum, „Effectiveness of providing virgin coconut oil (VCO) towards pruritus reduction: study on patients with chronic kidney diseases undergoing hemodialysis”.

[35]

S. Nangia, V. Paul, A. Deorari, V. Sreenivas, R. Agarwal i D. Chawla, „Topical Oil Application and Trans-Epidermal Water Loss in Preterm Very Low Birth Weight Infants-A Randomized Trial.,” J Trop Pediatr. , pp. 61(6):414-20, Dec 2015.

[36]

R. Salam, G. Darmstadt i Z. Bhutta, „Effect of emollient therapy on clinical outcomes in preterm neonates in Pakistan: a randomised controlled trial.,” Arch Dis Child Fetal Neonatal Ed. , pp. 100(3):F210-5, May 2015.

[37]

A. Agero i V. Verallo-Rowell, „A randomized double-blind controlled trial comparing extra virgin coconut oil with mineral oil as a moisturizer for mild to moderate xerosis.,” Dermatitis. , pp. 15(3):109-16, Sep 2004.

[38]

M. Evangelista, F. Abad-Casintahan i L. Lopez-Villafuerte, „The effect of topical virgin coconut oil on SCORAD index, transepidermal water loss, and skin capacitance in mild to moderate pediatric atopic dermatitis: a randomized, double-blind, clinical trial.,” Int J Dermatol. , pp. 53(1):100-8, Jan 2014.

[39]

V. Verallo-Rowell, K. Dillague i B. Syah-Tjundawan, „Novel antibacterial and emollient effects of coconut and virgin olive oils in adult atopic dermatitis.,” Dermatitis. , pp. 19(6):308-15, Nov-Dec 2008.

 

logo-white

Contact

Mollusan Europe sp. z o.o.sp.k.

ul. Katowicka 45/38, 61-131 Poznań,

NIP: 7822866031,

REGON: 383866257.

KRS: 0000794719

@: office@mollusan.com

T: +48 508 929 049